08 Mar

La Jacques Gouin, 06 mars 2011

Publié par arnaud-savoure

Première cyclo de la saison, Fontenay le Vicomte dans l'Essonne.

 

115 km au programme.

 

Temps froid, 0° au départ, les vrais coureurs sont en cuissards courts (!!!!).

Une très belle organisation, de la distribution ds dossards, au fléchage. Des motos pour chaque groupes, impeccable. Le parcours est majoritairement plat, ornées de plusieurs côtes, parfois pentues. Mais quelque soit le parcours c'est ce qu'on en fait qui est essentiel.

  _DSC7752.JPG

Le vent froid de nord-est se charge d'élaguer rapidement le peloton de 685 coureurs, et les plus forts vont rapidement se retouver devant, 30 coureurs environs. Pour les autres, dont moi, il va s'agir de s'accrocher, de se protéger et essayer de trouver le bon groupe. De toute façon, avec du vent, comme en montagne, chacun se retrouve face à son niveau. Pas de surprise.

_DSC7779.JPG

Je me retrouve dans un 3ème groupe, une cinquantaine de coureurs devant nous. 80 coureurs m'accompagnent environ. Au bout de 30 mn de course, l'essorage commence, les relances intenses, le vent, bientôt les bordures, scindent le groupe. On se retrouve à dix et on revient sur le 2ème groupe. Encore des relances, des bordures, le 2ème groupe est à 50m, 4 coureurs sortent seuls. Je suis pendu. On ne les reverra plus. Le 2ème peloton non plus.

Un groupe conséquent nous reprend plus loin, 50 gars environ. Le rythme ne faiblira pas, les dernières bosses sont dures, les relances toujours aussi intenses, je m'accroche comme jamais. Au fur et à mesure on récupère des coureurs qui sautent des groupes de devant.

_DSC7865.JPG

Et toujours ce vent, ces relances. Et des alertes des plus en plus rouges. Par 2 fois je suis éjecté du groupe, je reviens une fois sur le plat aidé par d'autres coureurs,puis après la dernière bosse, je rentre dans la descente avec 4 naufragés, 72km/h maxi. Juste à temps avant les grandes lignes droites menant aux 10 derniers km.

Maintenant que le plus dur est passé, place au sprint. J'arrive à me placer en faisant du cyclo cross. Le champion du monde pompiers emmènent dès l'entrée en ville, je termine 5ème d'un groupe d'une cinquantaine de coureurs.

_DSC7915.JPG

Au final je suis 35ème, 11ème dans ma catégorie. une superbe perf, vu le nombre et la consistance des engagés.

 

J'ai rarement souffert autant, si longtemps,(un effort de 3h10), et  ce vent qui souffle longtemps dans mes oreilles après la course, l'impression d'avoir couru dans une soufflerie.

 

Message : à ceux qui pensent que cyclosportive = cyclotourisme, je les invite à s'inscrire l'année prochaine.

 

Et croyez moi, si vous êtes dans le 10ème groupe, pas la peine de pleurer, vous êtes face à votre niveau. Il faut juste l'accepter. Ou travailler davantage et mieux...

 

Quant à moi j'ai prévu de gagner dimanche. Ce n'est pas de la prétention, c'est de la détermination...

À propos